Design du personnage principal (1)

Parlons de design de personnage! Sujet compliqué s’il en est, et je prévois donc plusieurs posts à suivre. On entend aussi parfois parler « d’étude » car c’est bien de cela qu’il s’agit: l’étude d’un personnage. Le « character design » (en anglais) est donc bien plus que simplement un choix de style graphique, comme vous pourriez le faire pour une œuvre unique. Cela implique des essais et erreurs.

Que sont les feuilles de personnages (« character sheet »)?

Nous avons revu le design de la Marmotte plusieurs fois avec Aryeom. Il s’agit du personnage principal, après tout! Vous vous rappelez peut-être certains de nos premiers designs (que nous avions postés il y a en gros un an), et vous reconnaîtrez probablement celui que nous avons utilisé dans notre film d’accroche:

Je ne suis pas certain du terme français, mais en anglais, nous appelons ces feuillets de personnage des « turnaround » sheets, ce qui veut dire en gros des feuilles de tour-sur-soi (?).
Au passage, excusez par avance l’usage de nombreux termes anglais car nous ne trouvons pas les équivalents en français (je ne suis même pas sûr qu’il y en ait).
Les turnaround sheets montre donc un personnage sous divers angles, en général au minimum l’avant, l’arrière, et au moins un côté (voire les deux côtés si le personnage ou ses vêtements ne sont pas parfaitement symétrique). Parfois vous pouvez avoir plus d’angles, ou mêmes des feuilles se focalisant sur une partie précise du corps, avec de faibles rotations (par exemple, plusieurs angles sur le dos, etc.).

Marmotte a connu diverses autres versions, par exemple l’une des premières conceptualisations était super mignonne. J’en suis encore fan:

Marmot research

Vous l’aurez remarqué, c’est un autre type de feuille de personnage. On appelle normalement ce type de feuille une « rough » character sheet, c’est à dire une série d’ébauches rapides du personnage, dans diverses positions ou situations. C’est une feuille complémentaire au turnaround et en fin de phase préparatoire, vous avez probablement plusieurs de l’une et de l’autre pour le même personnage. Les roughs sont souvent créés en premier, mais j’imagine que cela dépend aussi de l’artiste et des préférences.

Et donc à quoi servent ces feuilles? Bien sûr l’un des buts de base est l’aide au travail collaboratif: si plusieurs artistes doivent dessiner le même personnage, il convient de s’assurer que chacun ne dessine pas sa propre version (sauf si c’est l’effet désiré). La cohérence est le mot clé ici. Mais même en travaillant seul, vous devez être cohérent avec vous-même! Avec votre propre travail comme seul référence, le style choisi et les attributs du personnages sont progressivement dilués dans le temps. Supposons que vous utilisiez vos propres scènes en référence. Le personnage scène 30 ressemble à celui scène 29. De même entre scène 29 et 28. Mais vous avez peut-être fait des changements infimes entre chaque scène, si petits que vous vous soyez dit que ces petites variations n’ont pas d’importance. Mais cumulés, le personnage scène 1 est peut-être très différent en scène 30!
C’est la raison pour laquelle vous avez besoin d’une référence fixe et unique à laquelle se reporter. Toujours la même. Vous la préparez donc avec divers angles et situations. Ce sont les character sheets.

Notons bien que c’est aussi (voire encore plus?) utile pour les films en 3D. Dans ce cas, les character sheets ne sont pas une référence pour les peintres mais pour le modeleur 3D (et l’animateur aussi pour les poses clés).

Enfin cela vous permet de construire un personnage solide. En le dessinant encore et encore, vous en venez à le comprendre, ainsi que son but et ses actions. Pourquoi porte-t-il ces vêtements? Comment a-t-il eu cette cicatrice? Y a-t-il une marque de naissance ici? Qu’est-ce que cette personne aime faire? Aime-t-elle courir? Pleure-t-elle facilement? Sans cette phase d’étude, qui passe autant par le graphisme que par le texte, vous construiriez le personnage en même temps que vous produisez le film, créeriez des irrégularités et des incohérences. J’ai souvent lu des BDs avec des personnages parfois gauchers, parfois droitiers, selon les scènes, ou avec des des attributs aussi importants que des cicatrices disparaître sans raison. Pourquoi? Probablement car ces attributs n’avaient pas de vrai signification dans la construction du personnage, et donc avaient disparu de l’esprit du créateur (hors cela, bien sûr, les erreurs et oublis arrivent toujours, character design ou pas. Ce n’est pas non plus une protection parfaite. Mais ça aide).
Au final, c’est toujours une question de cohérence, mais aussi pour créer un personnage un peu plus profond, que les gens aimeront ou détesteront, et dans tous les cas, en lequel ils croieront.

Bien sûr, tout cela n’est que règle « de base », et il se peut qu’il y ait des styles où un character sheet (feuille de personnage) détaillé ne soit pas nécessaire, voire carrêment indésirable (ce serait rare, mais pourquoi pas!). Les règles sont là pour être cassées, mais seulement si vous savez pourquoi vous le faites et en comprenez les conséquences. Sinon c’est en général mieux de les suivre.

Le design actuel de Marmotte

Lorsque nous diffusions notre film d’accroche, on a entendu quelques fois: «ce chat est trop mignon!». Alors on ne fait pas un film documentaire, mais on veut que les gens reconnaissent l’animal dessiné tout de même (bon ce n’était pas non plus extrême puisque la plupart des gens comprenaient tout de suite qu’il s’agissait d’une marmotte; en outre nous nous sommes rendus compte que les marmottes sont très peu connues dans de nombreux pays, ce qui explique la non-reconnaissance). D’un autre côté, même si on ne veut pas faire un film extrêmement anthropomorphique, il s’agit d’un film sur une marmote qui voyage avec un baluchon, donc avec une part d’anthropomorphisme non négligeable à la base. Alors quitte à ne pas être totalement réaliste, faisons le bon compromis entre rigueur scientifique et « fun« .

C’est ainsi qu’après notre voyage de référence dans les Alpes, et avoir photographié plein de marmottes, Aryeom a essayé plein de nouveaux designs. Pour référence, voici une vrai marmotte des Alpes:

Alpine Marmot in Saint Veran (2015-09-21)
Marmotte des Alpes à Saint Veran (2015-09-21)

Allons au plus court, voici donc notre nouveau design:

Marmot: character design 3
Marmot: character design 3

Remarquons que nous nous autorisons encore à faire évoluer le design avant production (c’est à dire avant dessin final), mais on s’est dit que ça valait le coup de vous montrer ce nouveau design, que vous avez peut-être déjà remarqué dans notre dessin de nouvelle année.

Qu’en dire? Déjà il ressemble bien plus à une marmotte, tout en gardant des caractéristiques anthropomorphiques. On ne voit plus de longues jambes comme on voyait sur les designs précédents, le museau est plus proche de la réalité, les yeux sont sur le côté plutôt que devant, et les oreilles sont plus basses (je pense que les oreilles en particulier étaient l’attribut faisant penser à un chat précédemment). Les doigts aussi suivent l’anatomie des marmottes: 4 doigts sur les mains, 5 sur les pieds.

Le schéma de couleur a aussi été revu: plus clair et brun. La couleur un peu grisâtre faisait un peu penser à une souris (bien que certaines marmottes ont vraiment cette couleur un peu grise). D’ailleurs vous pouvez remarquer comment Aryeom place la palette du personnage directement sur le design, lui permettant ainsi de sélectionner une couleur aisément directement à partir du design lors de la production (un des nombreux avantages du dessin sur ordinateur). Ainsi un character sheet colorié sert non seulement à la cohérence des traits, mais aussi à la cohérence des couleurs).

C’est tout pour l’instant. Bientôt d’autres posts sur le character design et d’autres sujets!


Note: comme souvent, toutes les photos et images de ce post sont
le travail d'Aryeom, sous licence Creative Commons by-sa 4.0 international.

ZeMarmot en 2015: recherche, finalisation du script et design de personnages

ZeMarmot prend forme, lentement mais sûrement. Un petit résumé de ce qui s’est passé en 2015 et début 2016:

Recherche

Comme vous le savez, nous sommes allés dans les Alpes (ainsi qu’une journée dans le Massif Central) en septembre.
Il en a résulté plus de 100 GO de données (pour 4 jours de recherches, considérant que nous avons perdu les données du premier jour), princpalement en photos, vidéos et sons. Nous partagerons les données brutes sous une licence Libre (probablement CC by-sa) à la fin de production.

Pour info, nous sommes aussi en contact avec un chercheur spécialiste des marmottes (oui ça existe!). Non pas que ZeMarmot soit en aucun cas un documentaire scientifiquement réaliste sur les marmottes, mais c’est toujours intéressant de partir sur des bases scientifiques… même si c’est pour plus tard enfreindre les règles de la nature, du moment que cela est fait en toute connaissance de cause.
Nous en parlerons plus en détail si ce contact se concrétise plus précisément en une collaboration fructueuse. 🙂

Musique

Octobre fut assez lent à démarrer puisqu’on prévoyait de se rendre au Sommeet Creative Commons, ce qui ne fut finalement pas possible pour diverses raisons en dehors de notre contrôle. Puis Aryeom fut absente pour un voyage en Italie d’une semaine (sans rapport avec ZeMarmot, bien qu’elle en ait profité pour en rapporter des ressources que nous utiliserons probablement).

Dans l’intervalle, nous avons cependant rencontré les musiciens  de la cooprative AMMD lors du 15ème anniversaire de leur groupe fondateur (Sebkha Chott). Ce fut une rencontre très cool et sympathique.

Redesign

En novembre et décembre, nous avons beaucoup travaillé sur le redesign du personnage principale, ainsi que des secondaires. Nous posterons des détails plus tard dans une nouvelle dédée.

Script

Novembre et cembre furent aussi bien remplis par la réécriture du scénario.

Tout d’abord à cause d’un changement de format: j’ai longtemps hésité sur le format exact de ZeMarmot. Nous pourrions faire un court-métrage, mais cela ne permettrait pas du tout de tirer partie de l’histoire que j’avais originellement écrite. Un moyen métrage était le projet initial mais notre financement actuel ne permet absolument pas d’en arriver à bout, et nous ne souhaitions pas démarrer quelque chose que nous ne pourrions finir. Une série est une idée cool, mais je dois dire que j’ai un faible pour l’opportunité d’un film à la fin. Les séries ont de bons et de mauvais côtés, c’est un fait. Dans notre situation, nous n’avons cependant pas beaucoup de choix.

Working on the script, with Wikipedia on!
Travail sur le script, avec Wiképidia sur l’écran. Quoi d’autre?!

C’est ainsi que dès octobre, nous avions décidé de produire ZeMarmot dans un format « série », mais dans le but avoué d’obtenir un film à la fin. Soyons clair: c’est un pari risqué et j’espère vraiment que nous parviendrons à rendre chaque épisode intéressant tout en gardant une ligne directrice suffisamment forte pour obtenir un film en fin de production. C’est une approche similaire au projet Cosmos Laundromat de la Fondation Blender.
Notre financement est donc utilisé pour produire ce premier épisode (le « pilote« ), qui intéressera suffisamment le public pour poursuivre le financement du projet! 🙂

Le traitement du pilote est fini!

Ce 20 janvier, nous avons finalisé le traitement de notre épisode pilote. C’est à dire qu’on s’est assis, et on a tout relu, corrigé les derniers détails, puis avons décidé de ne plus y toucher. C’est un peu comme un « freeze » des fonctionnalités pour une sortie de version (pour les développeurs qui nous lisent!).
J’en suis assez content et je pense que vous l’apprécierez aussi. Mais pour ne pas révéler trop de détails (spoiler!), je n’en dirai pas plus. Cependant c’est un film Libre, donc autant travailler en transparence. Si jamais certains ne sont pas effrayés par les spoilers, nous essaierons de trouver un moyen de partager notre script sans rien révéler à ceux qui veulent la surprise. 🙂

Working on ZeMarmot treatment
Travail sur le traitement de ZeMarmot

La suite

Aryeom travaille maintenant de plein pied sur le storyboard (vous pouvez peut-être apercevoir dans le classeur que c’est déjà du travail en cours, sur la photo plus haut). Nous pourrons ensuite créér une première animatique. En parallèle nous prévoyons de commencer à travailler sur les musiques avec l’AMMD.

À suivre…